MYANMAR – Lac Inlé

19 février 2017

Le soir de notre arrivée à Nyaung Shwe, nous découvrons notre Guest House, perdue en plein milieu d’un quartier pauvre et peu touristique. Le chemin est long et nous réfléchissons déjà à changer de GH. Pourtant, le bâtiment est très récent et l’environnement est agréable. Nous avions réservé une chambre à 16$, mais trop exigüe et avec salle de bain commune au fond du jardin, nous optons pour une chambre double à 20$, coquette avec salle de bains et petite terrasse très agréable. Ce sera notre camp de base pour notre séjour au lac Inlé.

Une fois installés, nous décidons de contacter Matthieu et Neus pour nous dire au revoir autour d’un repas. Cette fois nous nous faisons plaisir dans un restaurant birman « sophistiqué » avec un curry de légumes (oui toujours pas de viandes), un gâteau au chocolat et des bananes au miel, le tout arrosé de Myanmar Beer. Il est donc temps de se séparer, cette fois nos chemins ne se recroiseront pas, en tout cas cette année.

20 février 2017

Après une bonne nuit de sommeil, et un bon petit déjeuner (nous devenons habitués à bien manger) nous louons des vélos afin de faire un petit parcours dans les environs du lac, et rejoindre des sources chaudes. La route est ombragée et agréable.

Inlé130.JPG

Nous ne voyons pas le lac et après être monté à une pagode pour voir les environs, nous nous apercevons que le lac n’est en fait pas du tout à côté de Nyaung Shwe. Tant pis ce sera pour un autre jour ! Nous arrivons aux sources chaudes et là nous décidons de passer notre chemin. Beaucoup trop cher pour ce que c’est. Nous continuons donc vers un petit village, Khaung Daing, très sympathique et pas du tout fréquenté. Quelques pagodes, un hôtel de luxe et quelques échoppes. Nous grignoterons pour midi des samussas aux légumes et des beignets sucrés.

Le retour en vélo est toujours aussi agréable et peu après 14h, une petite sieste réparatrice est la bienvenue. Un peu de travail sur le blog et nous donnons rendez-vous à Laurent et JC pour manger un morceau. Le petit restaurant est très sympa, très abordable et le curry de pommes de terres et légumes est excellent. Le tout une fois de plus arrosé de Myanmar Beer !

La journée a été longue et il s’agit maintenant d’aller dormir.

21 février 2017

Couchés tôt, c’est très tôt que nous nous levons. Et après une douche et le petit déjeuner, nous avons la surprise d’être invités par JC et Laurent pour une excursion en bateau sur le lac Inlé. Nous les retrouvons donc à l’embarcadère pour prendre place sur la petite pirogue à moteur.

Le tour est annoncé comme plutôt touristique et nous voyons pas mal de bateaux comme le notre sur le lac. Nous nous approchons des pêcheurs et c’est un peu gênant lorsque nous les voyons poser pour les appareils photos des touristes.

inle108

inle118

inle124

Après une grosse demi-heure de navigation, nous nous arrêtons à Ywama près d’une maison sur pilotis abritant un atelier de fabrication de bijoux et d’objets d’ornement en argent.

Inlé104.JPG

Le travail effectué est incroyable, tout est fait à la main et le moindre objet demande des jours de travail (10 jours pour une petite coupe gravée). Bien entendu à la fin de la visite un magasin acceptant les cartes bancaires nous accueille.

Nous continuons notre périple par le marché des 5 jours. Il s’agit d’un marché qui tous les jours change de village et ce jour-là c’est à Tha Lay qu’il se déroule.

Inlé101.JPG

Nous faisons le tour des marchands, fruits, légumes, viandes, épices, souvenirs, tout y est ! Ce marché est installé autour d’une pagode et nous y entrons. Il y est exposé des antiques statues du Buddha, que le temps a rendu informes puisque les croyants viennent y déposer des feuilles d’or.

Inlé95.JPG

Inlé99.JPG

Nous repartons en bateau et cette fois, c’est à In Pha Khone, dans un atelier de tissage utilisant le fil des fleurs de lotus que nous nous arrêtons. Nous découvrons qu’à l’intérieur des tiges quelques brins de fil permettent aux tisseurs de faire des bobines (4 mois de travail pour une bobine !). La visite continue et on nous montre comment les gens tissent le fil sur des machines encore manuelles. Incroyable. Une fois encore, un magasin termine la visite.

Pour finir la matinée, nous visitons à Nampan un petit atelier de fabrique de cigares. Une fois de plus, tout est artisanal et fait à la main. Une femme peut fabriquer environ 600 cigares à la journée. Certains sont aromatisés à l’anis, à la menthe ou à la banane et bien entendu, l’achat de produits est possible.

inle92

Il est temps de penser au déjeuner et le bateau nous emmène à Indhein, petit village éloigné et donc moins fréquenté. Une petite ballade le long des canaux et nous nous posons dans un petit restaurant fréquenté par les locaux pour déjeuner. Une pause bien sympathique.

Nous repartons ensuite en pirogue pour retourner à Ywama, où les « femmes girafes » du peuple Padaung font du tissage. On nous explique que tous les 5 ans à partir de l’âge de 5 ans, ce qui fera au total 9 kg autour du cou allongé au fil des années. La légende dit que c’est pour se protéger des morsures de tigre, ou encore décourager les hommes des autres tribus à les prendre pour femmes. Malheureusement, à cause des mauvais côtés du tourisme, elles y sont exposées un peu comme des bêtes de foire et nous ne les prendrons pas en photo.

La suite du parcours amène au monastère Kyaung Nga Hpe dit le monastère des chats sauteurs. Il paraîtrait que les moines se sont pris d’affection pour les nombreux chats du site et qu’ils les dressent à sauter dans des cerceaux. Nous entrons dans le monastère et ne voyons qu’un moine et deux ou trois chats, tous en train de faire la sieste. Le monastère est grand, joli, mais nous n’aurons pas le plaisir de voir les chats sauteurs. Tant pis !

Inlé84.JPG

La dernière étape de notre parcours est la visite en pirogue des jardins flottants. Les populations du lac ont apprivoisé l’eau et font pousser des herbes et des légumes sur l’eau. Pour éviter de dériver, les jardins sont maintenus par des bambous enfoncés dans le fond de l’eau.

La fin de la visite approche et nous nous dirigeons donc vers l’embarcadère, bercer par le bruit du moteur.

inle91

Inlé77.JPG

Inlé82.JPG

inle78

Même si ce tour a été plutôt touristique (du monde sur le lac, des arrêts pour acheter, des pêcheurs ou femmes girafes qui posent) il faut quand même avouer que c’est à faire. On voit le lac et la vie autour de l’intérieur et nous aurions regretter de ne pas l’avoir fait. En tout cas merci à JC et Laurent pour l’invitation !

Pour le diner nous nous dirigeons vers le marché de nuit. Stands de street food et jeux pour enfants font de ce marché un endroit plutôt agréable. L’ambiance est chaleureuse. Nous nous arrêtons comme souvent dans un stand où les locaux vont et encore une fois nous ne sommes pas déçus. Nous y retrouvons aussi Laurent et JC qui se baladaient par là et nous mangeons ensemble.

Une fois rentrés, l’ordre du jour était l’organisation de la fin du séjour au Myanmar. Cela a été plutôt rapide puisque les destinations que nous avions sélectionnées étaient soit trop éloignées, soit trop chères en termes de transports. Nous décidons donc de laisser une seconde chance à Yangon, notamment au niveau culinaire. Nous repartirons du lac vendredi soir par un bus de nuit, ce qui nous laisse encore deux jours dans la paisible Nyaung Shwe.

22 février 2017

Pour ce troisième jour, toujours en vélo, exploration de la rive est du lac, avec un trajet jusqu’à Maing Thauk, un village sur pilotis explorable en petit bateau. Nous irons jusqu’au pont qui relie les maisons sur pilotis au reste du village et nous resterons à contempler la paisible vie des maisons au bord des canaux.

Inlé65.JPG

Inlé72.JPG

Inlé67.JPG

L’heure de l’apéro approchant, nous décidons de nous arrêter au retour au domaine viticole du lac Inlé, le premier du genre que nous voyons. Une petite dégustation de quatre crus nous est proposée, accompagnés de cacahuètes (5000K/p). Les deux blancs sont des sauvignons plutôt fruités et sec, tandis que les deux rouges sont épais et épicés. Ce sont vraiment des goûts inhabituels pour des vins et nous ne jugerons pas s’ils sont bons ou mauvais, chacun doit se faire sa propre opinion.

Inlé59.JPG

Une fois l’apéritif pris, nous nous dirigeons vers la Guest House. Nous nous arrêterons grignoter des petits samussas aux légumes, ainsi que des beignets à la banane. Un peu de repos l’après-midi (les journées débutent tôt !) et nous voilà repartis. Nous avons rendez-vous pour un massage traditionnel birman et là nous vivons quelque chose de surréaliste ! Oubliez tout ce que vous croyez savoir sur les massages, l’encens, la petite musique relaxante, les masseuses en blouse blanche, les tables avec un trou pour le visage… Ici nous sommes accueillis dans la maison familiale, dans une chambre particulière. Nous nous allongeons habillés sur des couvertures et un coussin, puis les femmes de la maison commencent à nous masser. Le massage est basé sur des pressions fortes sur les muscles, dans des positions différentes. Craquage des orteils, étirements des articulations, les masseuses nous marchent ensuite sur les jambes de tout leur poids. Une fois les membres inférieurs terminés, elles nous bloquent les artères fémorales pendant une bonne trentaine de secondes et relâchent ! Du jamais vu ! Le dos est ensuite massé assez classiquement, mais toujours avec de fortes pressions. Nous terminerons par les bras, encore avec fortes pressions, étirements et blocage de l’artère. Le tout dans une ambiance totalement inhabituelle pour nous français. Les femmes discutent entre elles, répondent au téléphone, sans compter les enfants qui viennent se chamailler dans la chambre. Les masseuses ne se retiennent carrément pas pour roter et péter ! Inadmissible en France, mais c’est tellement couleur locale que c’est une expérience inédite que nous ne sommes pas prêts d’oublier. Et finalement le massage est efficace ! Un grand moment…

Pour nous remettre de nos émotions nous décidons de retourner manger au marché de nuit puis de rentrer dormir. Le lendemain nous avons rendez-vous pour un cours de cuisine !

23 février 2017

Comme convenu, après le petit-déjeuner, nous nous rendons devant le marché car ce matin nous avons cours de cuisine.

Nous sommes accueillis par le gérant de la Bamboo Delight qui nous fait sillonner le marché en nous expliquant tout ce qu’il achète et répond à toutes nos questions. Le marché est fourni, et il y a beaucoup de monde. Nous voyons des choses très inhabituelles, les poissons vendus sont encore vivants, pas dans l’eau, mais ils respirent encore. C’est leur seul moyen de les garder frais ! On nous explique que les poulets sont tués le matin même, la viande est donc fraîche. Nous n’achèterons rien de congelé.

inle43

inle33

inle36

inle40

inle30

Une fois nos emplettes terminées, nous nous dirigeons vers le Bambou Delight qui sera notre cuisine pour la matinée. Nous aurons le choix entre 5 entrées et 5 plats. Emie choisira une salade de fleur de banane et un curry de citrouille, tandis que je prendrai la salade de tomate et le curry de poulet.

inle17

inle20

Les explications sont très claires, chacun a son petit fourneau et ses ustensiles. Nous mélangeons beaucoup d’épices, d’huiles (cacahuète, ail), de condiments (gingembre, massala, chili), pour obtenir des saveurs que nous ne connaissions pas. La salade de tomate aux cacahuètes est un délice par exemple.

inle21

Pendant le cours, Sue, la propriétaire, nous explique qu’elle continue depuis la mort de son père un projet d’éducation pour les enfants. Elle leur apprend l’anglais et accueille des volontaires étrangers pour leur faire les leçons. Un projet financé par les cours de cuisine justement, puisque 15% de notre contribution ira à ce projet.

Enfin vient l’heure de la dégustation et le repas du midi est composé de nos plats. Rien n’est raté et tout est excellent. Pour finir, Sue nous offre à chacun un petit sac avec des échantillons d’épices.

inle6

L’accueil dans ce cours a été vraiment chaleureux et nous avons vraiment été bien encadrés. Une très bonne expérience que nous renouvellerons dans les pays que nous traverserons.

L’après midi nous retournerons nous reposer à la Guest House et le soir nous mangerons un plat au marché de nuit, très agréable.

24 février 2017

Notre séjour à Nyaung Shwe touche à sa fin et aujourd’hui, nous décidons d’aller dans un café pour pouvoir travailler sur notre blog, la connexion internet de la GH étant catastrophique. Une petite bière à 10h00 du matin, et la matinée passe vite.

Ce soir c’est bus de nuit « normal », donc peu confortable pour notre ultime destination au Myanmar, Yangon, et la boucle sera bouclée.

Notre Guest House : Sin Taung Ywa, 20$ la chambre double avec salle de bains et petite terrasse. Malgré un petit souci d’eau chaude (peu de pression et eau tiède) et une connexion Internet catastrophique, cette Guest House était agréable, propre (pas trop pour la salle de bains commune), et même si excentrée, la location de vélo (1000K/j, gratuit le soir) en fait un endroit sympa que nous recommandons. Le petit déjeuner est correct mais sans plus et le personnel très serviable.

Cours de cuisine : Bamboo Delight, 20000K/p, de 9h à 13h. Excellente expérience avec des gens compétents et vraiment passionnés. Pour ajouter à la qualité du cours, nous participons à un projet éducatif (15% reversé à l’école). Nous étions nombreux mais chacun a pu faire sa recette dans les meilleures conditions. Le petit « plus » : un petit paquet cadeau avec des épices de la région.

Dégustation de vins : 5000K/p


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s