VIETNAM – Tam Coc

2 juin

Le trajet est passé vite. J’ai bien dormi, Emie un peu moins.

Arrivés à Tam Coc vers 5h, nous trouvons une seule guest house ouverte. N’étant pas notre choix, nous ne poserons pas nos bagages ici mais les gérants nous laissent quand même finir la nuit sur les canapés du bar. Sympas !

À 6h30, nous nous dirigeons vers le Ha Trang, où le gérant nous accueille plutôt sympathiquement, et nous montre une chambre que nous prenons. Simple, et même si à part les draps changés elle n’a pas été nettoyée depuis le dernier passage, nous ne restons qu’une nuit et ce sera très bien. Nous louons également des vélos après le petit déjeuner car nous avons prévu de partir tôt à l’embarcadère de Ben Thuyen. Vous l’aurez compris, toujours dans l’optique d’éviter nos amis touristes vietnamiens. La route est extrêmement jolie, les rizières qui bordent la route sont en cours de récolte. Les paysans (ou plutôt les paysannes car il y a bien plus de femmes que d’hommes qui travaillent dans les champs) mettent carrément le riz et la paille à sécher sur la route !

Tam Coc38

Tam Coc35

Tam Coc14

Après 4 ou 5 km de pédalage dans ce superbe cadre, nous arrivons à l’embarcadère de Ben Thuyen. Nous y sommes seuls, et nous trouvons une barque qui nous amènera sur la rivière au milieu de ce que les gens appellent la « baie d’Halong terrestre ». La petite rameuse (oui ce sont également les femmes qui rament ici…) nous conduit donc pendant une heure et demie sur cette rivière, au milieu d’un paysage de carte postale, traversant des grottes pleines de chauve-souris (je prendrai un malin plaisir à les faire s’envoler en les aveuglant avec ma lampe…), le tout sous un ciel bleu sans nuages.

Tam Coc33

Tam Coc22

Une fois revenus à l’embarcadère, nous reprenons les vélos pour aller visiter la pagode Bich Dong située à moins de 500m. Sans prétention, jolie, le tout petit détour pour y aller en valait la peine.

Tam Coc21

C’est le milieu de la matinée et nous nous dirigeons ensuite vers Trang An, un site d’intérêt à une dizaine de kilomètres de là, de l’autre côté de Tam Coc. La route y est un peu moins jolie, les constructions prenant le pas sur les sites naturels, notamment de grosses cimenteries au milieu des falaises. Falaises d’ailleurs que ces cimenteries n’hésitent pas à détruire. Bref, nous sommes au Vietnam, et l’environnement passe bien après le business.

Tam Coc13

Arrivés à Trang An, nous sommes surpris car il s’agit en fait d’un embarcadère qui permet de faire… un tour en barque ! Rien autour à part des parkings, des bus qui arrivent, et des bateaux qui se succèdent sur la rivière. Nous faisons directement demi-tour pour aller déjeuner.

De retour à la guest house, une petite douche et nous descendons au restaurant du Ha Trang. Et là le sketch commence. Après une grosse demi-heure d’attente, on vient prendre notre commande alors qu’il n’y a que trois tables. Jusque là c’est tolérable. Nous prenons des nouilles sautées aux légumes, un plat que nous connaissons par coeur. Quelques minutes plus tard, on nous apporte nos assiettes et là c’est le scandale. Pour un prix plus élevé qu’ailleurs pour ce genre de plat, nous héritons de nouilles instantanées (genre Bolinos) sans sauce, mélangées à de la salade verte. Bon il nous est déjà arrivé d’avoir des plats simplistes ou mauvais, mais là nous avons touché le fond. Surtout pour le prix. Ayant quand même faim, je mange la moitié de mon assiette en me jurant de ne payer que ce que ça vaut, c’est à dire pas grand chose. Emie renvoie directement l’assiette sans y toucher.

La mère de la gérante passant par là, je lui demande où sont passés les légumes et elle ne répondra même pas, prétextant ne pas parler anglais. Apparemment elle ne connaît que les chiffres en anglais…

Au moment de payer, je ne donne que ce que les plats méritent et je le justifie en disant que c’était une honte de nous avoir servi des plats comme ça. Pas contente et même insultante dans sa façon de nous parler, la gérante n’aura que ça et rien d’autre, tant pis pour elle.

En retournant à la chambre, le gérant (pas encore au courant du problème) nous rend notre linge propre. Là c’est la goutte d’eau. Le linge est roulé en boule dans un sac. Du jamais vu.

Une fois remontés, nous décidons de quitter cette guest house, de se faire rembourser le bus que nous avions réservé pour le lendemain et de ne rien donner d’autre.

Plus de cinq mois de voyage en Asie du Sud Est et c’est la première fois que nous nous sentons considérés uniquement comme des machines à sous, uniquement là pour payer le plus possible et c’est tout.

Nous prenons donc une chambre à la guest house d’à côté, moins chère et de même gamme, c’est à dire la salle de bains pas nettoyée. Bon, pour une nuit…

Nous reprenons ensuite des vélos pour nous calmer un peu, et surtout pour grimper le Hang Mua.

Tam Coc11

Environ 500 marches à monter, mais quel spectacle tout en haut ! Une vue extraordinaire sur les rizières, la rivière et les montagnes alentours nous donne une bonne raison de s’extasier. Bon nous ne sommes pas seuls et pour une fois, ce sont des touristes occidentaux qui nous choquent un peu. Le mont est en fait surmonté d’un temple, sacré. Ce qui ne les empêchent pas, filles et garçons, d’être à moitié à poil et de piétiner les offrandes pour faire la plus belle photo. Allez c’est peut être nous qui devenons des vieux cons !

Tam Coc9

Tam Coc2

Après avoir profité du paysage, il est temps de redescendre, de retourner à l’hôtel et de manger un morceau. Nous tentons le restaurant de la guest house mais nous repartirons encore déçus. Pour le prix, tout était mauvais et peu fourni. Fatigués de se plaindre pour la journée, nous ne dirons rien et iront nous coucher dépités.

Notre première guest house : le Ha Trang, à éviter absolument !!!! Le restaurant par contre… est à éviter absolument !!!!

Notre deuxième guest house à Tam Coc : Le LionKing Hostel, 9$ la chambre double avec salle de bain, correcte, sans plus. Le personnel est sympa même si une seule personne parle anglais, le restaurant est à éviter.

Petit conseil aux voyageurs désirant visiter la région : nous pensons que loger et manger à Tam Coc n’est pas une bonne idée. Il n’y a que très peu de choix d’hébergements, de restaurants, il n’y a pas de street food et les prix plutôt élevés pour la région ne sont en aucun cas justifiés par la qualité du service ou de la nourriture. Peut être vaut-il mieux aller à Ninh Binh, à une dizaine de kilomètres, et louer un scooter pour venir dans la région…

Tour en bateau : 200 000d

Location vélos : 40 000D la journée


Une réflexion sur “VIETNAM – Tam Coc

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s