NOUVELLE CALÉDONIE – La Grande Terre (Côte Ouest et Pointe Nord)

21 août 2017

ORGANISATION

L’atterrissage à Tontoua est une merveille. Ciel bleu, vue exceptionnelle sur la barrière de corail et les ilots, océan turquoise, le ton est donné.

Aterrissage

Après les formalités d’usage, nous récupérons nos bagages et allons prendre possession de notre voiture de location. Une petite C1 presque neuve, largement suffisante pour une huitaine de road trip sur la Grande Terre. Et chose qui ne nous était pas arrivée depuis plus de six mois, nous allons conduire une voiture !

Nous nous chargeons ensuite de l’organisation de notre séjour en Nouvelle Calédonie. Et pour commencer, un petit passage à Décathlon s’impose. L’hébergement étant hors de prix ici, nous avons donc prévu de camper un maximum pendant ce séjour et il nous faut le matériel adapté. Tente, réchaud, popote, nous faisons nos emplettes. Nous achetons également masques et tubas pour faire du snorkelling sans devoir louer le matériel.

Un petit passage par le Mc Do du coin (et oui nous sommes dans une capitale, et c’est la tradition !) et nous passons à Carrefour faire quelques courses alimentaires. Nous allons ici reprendre une alimentation équilibrée car non seulement nous allons camper, mais nous allons aussi nous faire à manger. Terminés les bouis-bouis servant des plats à un ou deux euros, en Nouvelle Calédonie, le coût de la vie est inimaginable.

Une fois la logistique accomplie, direction Rivière-Salée, dans la banlieue de Nouméa. Dans un logement occupé par Emmanuelle, une femme seule avec sa petite fille, nous louons une chambre pour une somme acceptable pour la région. Elle nous donnera quelques conseils, et comme la fatigue du voyage se fait réellement sentir, nous nous faisons rapidement des nouilles de riz aux légumes (mais rien de frit nous ne sommes pas masos !) et allons nous coucher.

Location de voiture : chez A5 location, prise du véhicule à l’aéroport, retour à Nouméa, 3665 CFP/j (9202 CFP d’essence pour le séjour, 1000 CFP pour le nettoyage au Karcher)

Tente 2 places Quechua : 6995 CFP

Réchaud : 2930 CFP

Popote 1er prix : 2195 CFP

Masques et tubas 1er prix : 2990 CFP (pour deux)

 

22 août 2017

NOUMÉA (1)

Première partie de notre visite à Nouméa, et après notre petit déjeuner maison (muesli, fruits, toasts, compote), nous décidons d’aller sur l’île aux Canards. Direction donc d’abord l’Anse Vata, un haut lieu de la plage et du running à Nouméa pour prendre le taxi-boat. Environ cinq minutes de navigation et nous voilà sur le tout petit îlot. Pas de canards, mais des mouettes.

Nouméa13

La météo n’est pas terrible, nous sommes en hiver ici. Bon il fait quand même entre 20 et 25 degrés, mais le ciel est gris, le vent souffle et ce n’est pas très agréable. L’îlot est également décevant, puisqu’il est occupé entièrement par un restaurant qui loue des transats. Pas beaucoup de place pour les indépendants comme nous, c’est un peu dommage. Autre surprise et légère déception, la baignade n’est pas très confortable. La température de l’eau dépasse tout juste les 20 degrés, Emie y renoncera alors que j’irai quand même braver le froid pour effectuer le petit sentier sous marin aménagé pour le snorkelling.

Cinq bouées, environ une demie heure, les coraux y sont jolis et il y a de la vie, notamment deux énormes mérous et un barracuda croisés sous l’eau, mais la température, le manque de soleil et la faible visibilité n’en font pas un moment inoubliable.
Nous traversons ensuite le minuscule îlot pour aller retrouver le taxi-boat, et en profitons pour visiter le « musée » à ciel ouvert, quelques oeuvres kanaks exposées le long du petit chemin qui traverse l’île aux Canards.

Nouméa9

Nous retrouvons donc le taxi, et la voiture. Nous passons ensuite un peu de temps sur la presqu’ile de Nouville, où des vestiges du bagne sont conservés. Une fois encore, c’est un peu la déception. Deux ou trois bâtiments, que nous ne pourrons même pas visiter puisqu’ils sont réaffectés, et le tour est fait en dix minutes.

Nouméa1

De passage vers le port, nous en profitons pour aller prendre nos billets de bateau pour Lifou, la première des îles de Loyauté que nous visiterons après la Grande Terre.

Enfin, nous terminons la journée par une sieste indispensable (nous avons du mal à récupérer du voyage et de la nuit presque blanche qui en a découlé) et un dîner maison, salade de crudités et fruits. Il faut ensuite aller se coucher, puisque demain nous commençons l’exploration de la Grande Terre.

Notre chambre à Nouméa : chez Emmanuelle en Air BnB, 2300 CFP la nuit (contact direct). Bien placé, propre et famille très sympathique.

Taxi Boat pour l’île aux Canards : 1200 CFP/p aller/retour

 

23 août 2017

RÉGION DE BOURAIL

Notre première étape sur la Grande Terre sera la région de Bourail, et après notre petit déjeuner maison qui deviendra un classique (muesli, fruits, omelette et compote), nous prenons la voiture et quittons Nouméa, qui il faut bien le dire nous a laissé une première impression décevante. Nous y reviendrons et aurons peut être un autre regard mais pour l’instant, c’est celui-là qui domine.

Après quelques kilomètres, nous prenons conscience que nous sommes bel et bien en France, puisqu’après plus de 6 mois sur les routes asiatiques, nous voyons pour la première fois une paire de gendarmes armés d’un radar bien cachés pour les véhicules venant d’en face. Voilà au moins une chose qui ne nous avait pas manquée !

Bref, nous suivons la route et admirons le paysage qui défile. La montagne d’un côté, l’océan bleu turquoise de l’autre, le tout sous un ciel bleu sans nuages. Les terres sont sèches et habitées par le bétail ou les chevaux. Et comme nous le verrons tout au long de notre tour de la Grande Terre, les montagnes portent également les traces d’incendies qui ont l’air assez courants, et des carcasses de voitures abandonnées apparaissent régulièrement sur le bas-côté.

Ici, c’est la Brousse, les gens vivent du bétail, dans des ranchs et les pick-ups sont conduits par des broussards en chapeaux de cow-boys. Nous roulons bien, la route est excellente, et nous ne traversons pas des villages, mais des tribus où des ralentisseurs maison sont parfois disposés (cordes, pneus, morceaux de bois.)… C’est plutôt exotique.

(Nouméa) à Poé5

Notre toute première étape nous amène sur la presqu’ile d’Ouano, dans le secteur de La Foa. Une petite marche à pied (environ vingt minutes sans se presser) nous mène au pic d’Ouano. Il s’agit du sentier de Méegwé, et la vue qui nous est proposée est tout bonnement exceptionnelle. À 360°, avec un ciel bleu immaculé, nous avons une vue imprenable sur la presqu’ile avec en toile de fond le lagon bleu clair et la barrière de corail.

(Nouméa) à Poé50

(Nouméa) à Poé47

Une fois repus de la vue, nous redescendons et reprenons le véhicule pour nous diriger à Farino, une bourgade un peu plus dans les terres. Petite route de montagne, verdure, c’est très agréable de rouler ici. Nous arrivons au refuge de Farino, départ du sentier de la Petite Cascade. Nous sommes accueillis par une chienne, qui s’improvisera guide pour cette petite marche d’une heure et demie aller retour. Sur une piste plutôt qu’un sentier, nous suivons donc notre guide pour arriver à la Petite Cascade. Sans être exceptionnel, le site est joli et conviendra très bien pour notre pique-nique. Nous sommes en effet partis avec des sandwichs omelette et légumes que nous avons faits avant notre départ. Notre guide aura bien sûr sa part du déjeuner, puis nous retournons à la voiture.

(Nouméa) à Poé44

(Nouméa) à Poé42

Après avoir remercié notre compagnon de route, nous continuons avec une étape à Sarraméa, pour y voir le Trou Feuillet. Un petit quart d’heure de marche et nous arrivons au fameux Trou, une petite piscine naturelle. L’eau étant vraiment froide, c’est plutôt l’été qui doit voir pas mal de visiteurs dans le coin, très agréable.

(Nouméa) à Poé40

(Nouméa) à Poé38

Notre petite pause au bord de ce site s’achève et nous devons reprendre un peu la route. Il nous reste en effet environ une heure de trajet avant d’arriver à Poé, notre camp de base pour le lendemain. Nous arrivons en fin d’après midi au camping « le rêve de Némo », et nous installons pour la première fois notre tente. Tout le camping est libre (seule une tente était déjà là) et nous avons l’embarras du choix.

Installés, nous allons ensuite sur la plage de Poé à une moins d’une minute de marche nous en prendre plein les yeux lors du coucher de soleil. Marée basse, quelques nuages, le lieu est exceptionnel à cette heure-ci.

(Nouméa) à Poé35

(Nouméa) à Poé33

Il est ensuite temps de se faire à manger. Nous allumons donc le réchaud et préparons un peu de semoule et des légumes, une compote, un fruit, et nous avons eu notre repas équilibré.

Enfin, nous passerons notre première nuit sous tente après une très belle journée.

 

24 août 2017

La nuit aura été plutôt bonne pour une première en tente, et nous décidons d’aller prendre le petit déjeuner sur la plage. Nous emmenons nos provisions et le réchaud, et nous prenons notre temps dans ce cadre exceptionnel.

(Nouméa) à Poé29

Nous prenons ensuite la voiture pour aller à La Roche Percée, à environ quinze minutes de route. Il s’agit d’une plage immense, dans une baie limitée par une falaise présentant un énorme trou, d’où son nom.

(Nouméa) à Poé22

(Nouméa) à Poé8

Nous suivons ensuite le sentier des 3 baies, un petit chemin qui va nous faire traverser les baies du coin en deux heures aller/retour environ. Le sentier est vraiment sympa à emprunter, pas difficile, et les paysages proposés sont tout simplement superbes. Baie de la Roche Percée, Baie des Amoureux, Baie des Tortues, nous nous arrêtons à chaque plage pour admirer la vue, à chaque promontoire pour guetter la faune. Nous sommes récompensés en apercevant plusieurs tortues marines qui remontent à la surface respirer. Vraiment joli. La matinée nous a donc gâtés ! Et quel calme. Nous nous apercevons qu’en Nouvelle Calédonie, il n’y a pas ou très peu de touristes. Peu d’infrastructures aussi. Pas de magasins de souvenirs inutiles, pas de rabatteurs, peu d’hébergements, peu de transports. Et tout ça permet un calme olympien partout où nous allons.

(Nouméa) à Poé21

(Nouméa) à Poé14

(Nouméa) à Poé12

Nous reprenons la voiture pour aller manger sur notre petite plage de Poé et profiter d’un endroit paradisiaque désert. Un bonne petite salade de crudités, un fruit et nous décidons d’aller voir ce qui se passe dans la localité de Bourail. Une petite bourgade sympathique mais à part pour y faire nos courses, nous ne nous y attardons pas. Nous hésitons à aller au cinéma le soir, mais une fois rentrés à la tente, nous ne bougerons plus.

Une petite douche, un tour à la plage pour un nouveau coucher de soleil magnifique, et nous nous faisons quelques pâtes aux oeufs pour le diner, le tout sous un ciel étoilé immaculé. Nous pouvons même apercevoir la voie lactée !

Enfin, nous allons nous coucher, demain nous partons pour Koumac et ses spots de plongée.

Notre camping à Poé : le Rêve de Némo, 1000 CFP/p, camping vraiment sympa, bon accueil, hyper propre et surtout à deux pas de la plage de Poé, magnifique.

 

25 août 2017

POINTE NORD

Après un nouveau petit déjeuner sur la plage de Poé, nous replions la tente et reprenons la route, direction Koumac. Toujours aussi agréable, la route se fait plutôt bien et les paysages défilent.

Nous arrivons à la localité de Voh, célèbre pour son « coeur ». Il s’agit d’une formation naturelle dans la mangrove qui de haut a la forme d’un coeur. L’image est célèbre grâce à Y-A. Bertrand, qui a illustré la couverture de son livre « La Terre vue du Ciel » par cette photo. Nous décidons donc de marcher jusqu’au point de vue où nous pourrons apercevoir ce coeur. Bon le sentier est plutôt une piste carrossable en 4×4 et cette piste est en plein soleil, ce qui rend la marche peu plaisante. Au bout d’une petite heure, nous arrivons au belvédère et nous apercevons donc le « coeur de Voh ». Malheureusement, le moment est un peu gâché par la fumée que rejette la déchetterie du village, qui a décidé ce jour-là de brûler ses déchets. Nous sommes tout de même contents d’avoir pu être là, et nous nous installons aux tables aménagées sur le belvédère. Petit pique nique à base de salade de crudités et de fruits, puis nous ne tardons pas pour redescendre à la voiture, sous la chaleur écrasante.

(Poé) à Koumac10

Nous reprenons la route fenêtres ouvertes et l’air nous rafraîchit après ce petit coup de chaud. Direction notre étape du soir, le camping du Lagon à Koumac. Sur la route, un peu avant Kaala-Gomen, nous apercevons une chienne, seule, qui court le long de la chaussée, en menaçant même de traverser. La route étant une grande ligne droite, avec des véhicules roulant vite, nous décidons de la prendre avec nous pour éviter un drame. Arrivés à Kaala-Gomen, nous demandons aux Kanaks du coin s’ils la connaissent, et devant toutes les réponses négatives, nous allons à la petite gendarmerie. Personne, mais coup de chance, voici le gendarme qui habite ici qui arrive avec sa famille. Nous lui expliquons notre souci, et nous sentons que cela ne le passionne pas. Il nous indique qu’il faut appeler la police municipale de Koumac, et comme c’est notre route, nous abrégeons ses souffrances et décidons d’aller directement là-bas.

Chienne

Arrivés à Koumac, la mairie est bien sûr fermée (il est déjà 16h00 !) et nous allons à la gendarmerie. Il y a au moins 6 agents au café et à la clope, et aucun ne veut réellement prendre la chose en charge. Après d’âpres négociations, ils appelleront enfin le garde champêtre qui prendra en charge notre petit compagnon, qui sera au moins pour un temps en sécurité.

Après cette bonne action, nous allons au centre de plongée vérifier notre réservation et prendre contact. Puis il est bien temps d’aller monter la tente au camping, prendre une douche et aller voir le coucher de soleil sur la plage. Encore un joli moment qui nous ouvre l’appétit.

(Poé) à Koumac4

Légumes, nouilles de riz, fruits, nous nous concoctons un bon petit repas puis allons nous coucher, en espérant que demain la météo sera aussi bonne pour nos premières plongées en Nouvelle Calédonie.

Notre camping à Koumac : le camping du Lagon, 1000 CFP/p, propre, petit abri disponible par emplacement, à deux pas de la plage et à 5 mn de la marina. Petit bonus, des paons ont élu domicile au camping, et vous pourrez donc voir Léon, le mâle se balader dans le camping.

(Poé) à Koumac2

 

26 août 2017

Réveil très matinal ce matin, il faut prendre le petit déjeuner, plier la tente et se diriger vers le centre de plongée. Rendez-vous à 8h00 pour s’équiper et prendre le bateau de Bastien, le directeur du centre et notre guide aujourd’hui, pour gagner le large de Koumac et faire nous l’espérons deux belles plongées.

Une grosse demie heure de trajet et nous arrivons sur le premier spot, la passe de Devert, où après un briefing nous nous mettons à l’eau, température 23° mais super bien équipés. Et là nous allons en prendre plein les yeux pendant 50 minutes. Nous rencontrons des courants et de la houle pour une plongée sportive, mais cela vaudra le coup de se mouiller ce matin. La visibilité sur la grande barrière de corail est exceptionnelle et au programme, de nombreux coraux très colorés, un tombant de toute beauté où nous apercevrons des requins pointes blanches, des raies léopards qui viendront à quelques mètres montrer leur élégance et même si ce n’est pas très poissonneux, cette plongée magnifique restera dans nos mémoires. Avant la sortie, nous verrons même un serpent de mer bicolore, appelé ici « tricot rayé » et mascotte de l’île.

Après cette régalade sous marine, une petite collation nous est offerte sur le bateau. Thé, café et… croissants au chocolat ! Nous ne nous rappelions plus que cette merveille existait encore ! Bref, il est temps ensuite de bouger le bateau de quelques centaines de mètres pour arriver au spot suivant, les failles de Devert. Briefing, équipement, mise à l’eau, nous retournons en prendre plein les yeux sur une plongée totalement différente de la première. Plutôt une plongée d’ambiance, avec des grottes, des failles, des jeux de lumières et des coraux magnifiques. Peu de poissons par contre, mais la balade est très agréable. Encore une très bonne visibilité et pendant 50 minutes, nous admirons ce site. Et nous avons de la chance aussi puisque nous verrons un nautile, un crustacé rarement visible en journée.

Plongée Koumac3

Plongée Koumac2

Plongée Koumac4

Plongée Koumac1

Nous remontons donc sur le bateau extrêmement contents de nos sorties et nous ne regrettons pas d’être venus. Le retour est assez rapide, nous nettoyons notre équipement et disons au revoir, et surtout merci à Bastien pour la journée. Il faut ensuite reprendre la voiture et tracer notre route jusqu’au Relais de Poingam, notre prochaine étape. Un petit stop pour faire les courses à Koumac et direction la pointe Nord du Caillou. Une heure et demie de trajet, avec les derniers kilomètres sur une piste très accidentée, et nous arrivons au camping.

Nous choisissons soigneusement notre emplacement et montons la tente. Une douche, changement d’habits et là, horreur. Je m’aperçois que la voiture est fermée, et que malencontreusement j’ai laissé les clefs dans le coffre. Une seule chance de salut, deux types dans un emplacement à côté de nous qui ont l’air d’être du coin. Je les interromps à l’apéro et leur demande un coup de main puisque bien sûr je n’ai pas d’outils et je ne sais pas trop comment m’y prendre. Coup de pot, l’un d’eux est mécanicien auto et l’autre a des outils dans sa voiture. Après une petite demie heure, ils réussissent à ouvrir la voiture en ouvrant la fenêtre arrière, le tout hyper proprement. Quel soulagement ! Une grosse galère a donc été évitée et nous remercions le département sécurité de chez Citroën. Pour remercier nos sauveurs, nous leur payons une tournée de canettes de bière locale, puis allons nous faire à manger sur la plage. Soulagés et repus, nous allons ensuite nous coucher, après cette journée pleine de rebondissements.

(Poingam) à Hienghene34

Plongée à Koumac : 14000 CFP/p les deux plongées tout compris. Des sites de plongée vierges, pas fréquentés du tout et juste magnifiques. Bonne ambiance, Bastien est super sympa et nous ne regrettons pas du tout notre passage ici.

Notre camping à Poingam : le Relais de Poingam, 900 CFP/p la nuit. Sanitaires rudimentaires mais propres et avec eau chaude, au bord de la plage. Coin agréable, des petites randos sont possibles et le restaurant du Relais est réputé (réservation impérative).


4 réflexions sur “NOUVELLE CALÉDONIE – La Grande Terre (Côte Ouest et Pointe Nord)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s