NOUVELLE-CALÉDONIE – Nos Impressions

NOS IMPRESSIONS…

GRANDIOSE !

En arrivant en Nouvelle-Calédonie, notre objectif principal était de se gaver de paysages superbes et de plages paradisiaques.

À Nouméa, nous sommes un peu redescendus sur Terre, la mauvaise météo et notre mauvais choix (l’île aux Canards) pour débuter en sont en partie responsables.

Nous ne nous sommes pas découragés et en partant huit jours sur la Grande Terre, en voiture et en camping, seuls au monde, nous nous sommes bien rattrapés. L’île regorge en effet de paysages très différents, et tous ont leur propre charme.

La Brousse, avec ses collines et ses prés secs où sont élevées les vaches et les chevaux, ses superbes baies donnant sur le lagon, sera une belle entrée en matière. La côte Ouest ensuite jusqu’à Koumac et ses panoramas du bout du monde, où les habitations sont pratiquement inexistantes. Et que dire de notre sortie plongée là-bas, exceptionnelle. Puis la pointe Nord où le temps s’est arrêté, à Poum ou à Poingam. La côté Est, tropicale et charmante jusqu’à Poindimié, puis chaotique et dévastée par les exploitations minières, débouchant sur le summum de l’isolement et de la perdition, la Côte Oubliée. Enfin, le Grand Sud et les parcs naturels de la Rivière Bleue et de Bois du Sud, où nous avons pu randonner et observer les oiseaux exotiques dont regorgent les forêts du coin. Sans oublier les sites paradisiaques de l’île des Pins, Kanuméra, Kouto ou la baie d’Oro…

Tout cela dans un calme olympien. Très peu de touristes sont présents sur des sites peu aménagés, ce qui nous donnait l’impression d’être seuls ou presque sur la Grande Terre.

Ce côté encore sauvage et un peu inexploré prend toute sa dimension à Lifou, notre coup de coeur. Ici, le temps n’a pas d’emprise et la culture kanak est abordable. L’auto-stop a été une très bonne surprise pour nous, cela nous a permis de faire des rencontres brèves, mais très instructives, puisque nous avons pu côtoyer un panel élargi de la population locale. Kanaks, touristes, métropolitains en détachement, Caldoches, nous avons eu le point de vue de chacun et avons pu nous faire une idée un peu plus précise de la vie en Nouvelle-Calédonie.

Oui, car ce Territoire d’Outre Mer appartient à la France, et nous pensions reconnaître plus ou moins les comportements et l’organisation de notre pays. Cela n’a pas vraiment été le cas, puisqu’à part la langue, tout diffère de la France. La Calédonie a son gouvernement et le système clanique y a toute sa place. Les tribus, les grands ou petits chefs, les clans, toute cette organisation donne un visage totalement différent de la métropole. Les services, hébergements, restaurants, boutiques, ne sont pas non plus soumis à la même rigueur que chez nous. Les horaires ou les jours d’ouverture sont aléatoires, l’accueil comme nous l’entendons est inexistant.

Mais une fois intégrée cette spécificité à la culture kanak, le séjour est vraiment agréable. Passée cette barrière culturelle où la première impression est de ne pas être à notre place, il est très facile de discuter avec la population locale, particulièrement les kanaks. Souriants, toujours à dire bonjour, à aider, leur attitude tranquille, où vivre au jour le jour peut nous apparaître comme du « je m’enfoutisme » ou de la fainéantise, nous donne l’impression d’être dans un autre temps. Ici, pas de consumérisme, pas d’arnaque, mais beaucoup de confiance. Un petit dicton va comme un gant à cette population : « nous nous avons les montres, eux ont le temps… »

Le bémol de ce séjour sera sans aucun doute le coût de la vie ici, totalement prohibitif pour ceux qui arrivent de métropole. Nous n’avons ainsi pas pu nous offrir une spécialité locale, un restaurant  typique ou classique pouvant monter jusqu’à 60 euros par personne.

En tout cas, si votre budget le permet, la Nouvelle Calédonie est un pays qui mérite un séjour, peut-être même un peu plus long que nos trois semaines, que cela soit pour ses paysages magnifiques ou pour plonger dans une culture à l’opposé de notre culture occidentale.

 

Nous avons aimé :

  • Lifou, sa tranquillité, ses sites paradisiaques, et les brèves rencontres grâce à l’auto-stop
  • Les sites plus touristiques mais exceptionnels de l’île des Pins (Kanuméra, Kuto, Oro)
  • Les paysages différents de la Grande Terre, et plus particulièrement la région de Bourail (Poé, ou Farino)
  • La plongée à Koumac et à Lifou
  • Les campings, toujours à deux pas de la plage, permettant des réveils et des petits déjeuners dans un cadre sublime

 

Nous n’avons pas aimé :

  • Le coût exorbitant de la vie
  • L’île aux Canards (préférez peut être l’îlot Maître)

 


2 réflexions sur “NOUVELLE-CALÉDONIE – Nos Impressions

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s