NOUVELLE-ZÉLANDE – Nos impressions

LA BEAUTÉ NATURELLE…

La Nouvelle Zélande était un pays pour lequel nous attendions énormément, notamment sur les paysages que nous pensions rencontrer. Le moins que l’on puisse dire est que nous n’avons pas été déçus. Pour ceux qui ont vu le Seigneur des Anneaux, les paysages que nous avons traversés nous ont replongés dans les films, avec ces grands espaces verdoyants uniquement peuplés de moutons, les nombreux lacs et en toile de fond les montagnes enneigées.

L’île du Sud nous a particulièrement gavés de scènes extraordinaires sur la route des Catlins et des Milford Sounds ou en kayak au parc Abel Tasman, de bourgades tranquilles et agréables comme Akaroa ou Nelson et de randonnées incroyables, notamment celle qui restera gravée dans nos mémoires, Farewell Spit, immanquable pour un séjour réussi chez les Kiwis.

L’île du Nord, un peu plus quelconque, n’est quand même pas en reste, avec le Cap Palliser et son ambiance de bout du monde, la péninsule de Coromandel et ses jolis paysages, la géothermie incroyable du Rotorua ou encore le mont Tongariro, qui malgré une météo détestable nous a quand même permis d’entrevoir son potentiel.

Outre des paysages à couper le souffle, le séjour nous aura aussi offert des moments forts avec la faune néozélandaise, que nous aurons pu observer à l’état sauvage. Et même si à notre grand regret nous n’aurons pas pu voir de kiwis (l’espèce est nocturne et en voie de disparition…), nous aurons quand même été plus que gâtés. Sur la péninsule d’Otago, à Farewell Spit, au cap Palliser ou au parc Abel Tasman, nous avons pu observer des lions de mer ou des otaries en nombre et de très près, et à chaque fois le spectacle était au rendez-vous. Nous avons également eu la chance de pouvoir observer deux manchots à oeil jaune à la forêt pétrifiée de Curio Bay, ainsi que de nombreuses espèces d’oiseaux endémiques comme le pukekoe, le kea ou le weka. Enfin, nous ne pouvons pas laisser de côté ceux qui nous ont accompagné tout au long de ce séjour, ces moutons par milliers qui seront désormais associés pour toujours à la Nouvelle Zélande dans nos esprits.

Enfin, parlons quand même des autres kiwis, le peuple néozélandais. En choisissant de voyager en van, nous nous sommes quand même isolés et les contacts avec les néozélandais auront été brefs, au détour d’un sentier, d’une caisse enregistreuse ou d’une tournée au pub. Mais si vous pensez aller en NZ et ne croiser que des All Blacks, des rugbymen grands beaux et forts, vous allez au devant de grandes déceptions. En effet, l’alimentation très anglo-saxonne à base de burgers et de fish and chips, le tout arrosé de bière entraîne fatalement l’obésité de sa population (avis aux jeunes français !). La mode n’est pas non plus une priorité ici, mais finalement, si on passe au travers de ces considérations futiles se basant sur l’apparence, nous découvrons un peuple qui adorent entamer les conversations, parler de tout et de rien, et surtout prendre le temps de communiquer. Ce qui rend les néozélandais sympathiques, toujours prêts à aider et à donner de bons conseils.

Enfin, une petite parenthèse sur la culture maorie, très présente lorsqu’on regarde un match de rugby, mais qui brille par son absence dans ce pays. En effet, les villages maoris sont concentrés dans une toute petite région autour de Rotorua, et sont plutôt devenus une attraction touristique. En tout cas nous n’avons pas eu l’occasion d’approcher cette culture par un autre moyen que les musées, qui auront été une jolie surprise d’ailleurs. Cette absence restera donc sans doute la seule réelle déception de ce séjour.

 

Ce que nous avons aimé :

  • les randonnées offrant des paysages totalement différents à chaque fois, avec notre coup de coeur Farewell Spit
  • la possibilité offerte de pouvoir observer la faune à l’état sauvage un peu partout, les otaries, les lions de mer, les  nombreux oiseaux, les manchots… et les moutons !
  • les routes dégageant des points de vue à couper le souffle, notamment aux Catlins et aux Milford Sounds
  • les musées (le Te Papa et le musée de la ville et de la mer à Wellington, le musée de l’aviation à Blenheim ou Hobbiton) extrêmement bien faits, ludiques, interactifs et mis en scène de manière à ne jamais s’y ennuyer

 

Ce que nous n’avons pas aimé :

  • la météo « dijonnaise » sur l’île du Nord
  • les glaciers Fox et Franz Joseph, pas à la hauteur de nos attentes, notamment à cause du réchauffement climatique ayant entraîné leur recul
  • Queenstown, sans intérêt à moins d’y faire du ski, du parapente, du saut à l’élastique, du parachute, du jetboat…


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s