CHILI – Pucon et le parc Huerquehue

19 octobre 2017

PUCON ET LE PARC HUERQUEHUE

Contrairement aux bus asiatiques, le véhicule est confortable et la température y est régulée. La nuit est donc bonne et nous arrivons à Pucon reposés, mais aussi surpris par le froid saisissant. Malheureusement, l’horaire d’arrivée ne colle pas avec ce que nous avions prévu. Nous voulions dès l’arrivée aller au parc Huerquehue pour y faire une randonnée, mais le bus qui part de Pucon pour le parc était à 8h30.

Au petit terminal de bus de la compagnie Caburgua, la personne nous donne quand même une option. Il faut prendre le bus de 9h30 pour Caburgua et s’arrêter sur le bord de la route, à l’embranchement pour le parc. De là, un peu d’auto-stop devrait nous emmener facilement à destination.

Le temps de réfléchir nous allons poser les sacs à l’hôtel, et nous choisissons de tenter notre chance pour aller au parc. Un café et une part de gâteau font office de petit déjeuner, puis nous prenons le bus conseillé. Et forcément, il ne s’agit pas d’un bus touristique. Nous sommes les seuls occidentaux dans le petit bus délabré, et même si ce n’est pas une DeLorean, c’est un voyage dans le temps qui nous est proposé. Le chauffeur, nuque longue à la MacGyver, passe à fond des tubes venus d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître. De Ace of Base à 2 Unlimited en passant par Corona, nous revoilà en 1990, les clips en prime. En tout cas, tout cela égaye notre trajet, et nous arrivons donc à Caburgua où l’aventure auto-stop va commencer.

Tout d’abord, nous arrivons sur une route en travaux, et après un petit quart d’heure de marche, aucune voiture à l’horizon. Il y a quand même quinze kilomètres à faire et nous ne nous voyons pas les faire à pied. La zone de travaux est en vue, et après l’avoir dépassée, c’est finalement un camion citerne qui va nous amener à un autre embranchement 8 kms plus loin. Les « gars du chantier » nous expliquent que la route ne sera ouverte qu’en décembre. Nous pouvions toujours attendre ! En tout cas, nous avons eu de la chance de tomber sur eux.

Ils nous déposent donc à un embranchement où cette fois la route est ouverte, et nous entamons notre deuxième étape pour le parc. Et la chance frappe à nouveau, puisque la deuxième voiture nous prend et nous emmène jusqu’au parc. Un espagnol vivant au Chili et un italien vivant en Espagne (il faut suivre !) nous prennent donc en stop pour les huit derniers kilomètres, et nous enlèvent ainsi une belle épine du pied.

Pucon1

À l’entrée, nous prenons les informations du garde-forestier et nous acquittons du droit d’entrée. Enfin, nous commençons notre randonnée par le sentier Ñirrico.

Le sentier est humide, mais nous offre encore un nouveau type de forêt. Nous traversons des campings plutôt sympas en bord de lac, et après une petite heure de marche, nous entamons le sentier des lacs.

Pucon22

Pucon20

Il s’agit désormais de monter jusqu’aux lacs du parc, et l’ascension est plutôt longue. Elle nous permet aussi d’admirer le volcan Villarica, totalement enneigé et ceinturé par les nuages, ce qui donne un panorama incroyable.

Pucon2

Nous faisons aussi quelques détours pour aller voir des cascades (Nido De Aguila et Trufulco) que le débit dû à la fonte des neiges rend impressionnantes. Enfin, nous sommes avertis de la proximité des lacs et du sommet, puisque la neige au sol devient de plus en plus présente, jusqu’à recouvrir le sentier totalement.

Pucon17

Nous prenons ensuite le temps d’admirer les différents lacs, El Chico, puis la Laguna el Toro, et enfin le Lago Verde. Un petit encas au bord de ce dernier lac, et il s’agit de redescendre.

Pucon6

Pucon5

La descente est plutôt difficile au départ, la neige ne permettant pas de relâcher son attention. Puis au fur et à mesure, la descente devient facile. Pendant la descente, nous rencontrons un couple de français que nous avions aperçu à Valparaiso au détour d’une station de bus, et nous terminerons le trajet avec eux, échangeant nos expériences.

En effet, Charly et Marjorie sont deux lyonnais qui sont partis pour dix huit mois de voyage. Leur retour en France est prévu pour Noël, et nous pouvons ainsi comparer nos itinéraires et nos expériences, ce qui est plutôt sympa. Et le monde est petit puisque Charly travaille pour JTEKT à  Lyon, mais aussi à Chevigny Saint Sauveur !

Nous arrivons après plus de quatre heures de marche à l’entrée du parc et attendons le bus qui va nous ramener à Pucon. Cette fois, le bus est plus confortable et peuplé d’occidentaux, et après cette longue journée, nous sommes contents de pouvoir arriver à l’hôtel et prendre une douche.

Nous ressortons ensuite pour aller diner dehors, et nous choisissons un petit resto sans prétention pour y manger une poêlée aux oeufs et une empańada aux légumes. Très bon et bon marché, nous sommes contents de manger chaud.

Enfin, nous retournons à notre petit chalet pour terminer la soirée sans demander notre reste.

Notre auberge à Pucon : Le Lacustre Hostel, 8000 CLP /p, un chalet plutôt sympa, pour une nuit ou deux permet d’avoir un lit et un petit déjeuner bon marché. En plein centre de Pucon, au calme.

Entrée au parc Huerquehue : 2500 CLP /p

Bus Pucon – Parc Hurquehue : 4000 CLP /p a/r


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s