CHILI – Volontariat à Loncotoro

20 octobre 2017

VOLONTARIAT À LONCOTORO

Notre séjour à Pucon aura été bref mais plutôt sympa, et nous devons désormais nous diriger à Loncotoro, un tout petit village du côté de Puerto Varas pour y faire du volontariat.

Cette fois, le projet qui va nous y amener est sans doute moins altruiste que ceux qui nous ont occupés au Laos et au Cambodge, mais certainement pas moins intéressant. Nous allons en effet partager pendant une semaine la vie d’un couple belgo-chilien et les aider à rénover leur maison et aménager leur terrain. Cela nous permettra de nous immerger un peu dans la culture chilienne,  d’autant que l’ambiance a l’air d’y être conviviale et que ce couple a également donné de son temps en volontariat lors d’un road trip d’un an en Europe. Nous avons donc été convaincus de leur rendre un peu la pareille.

Nous nous levons donc aux aurores, peu de temps avant notre unique colocataire, un asiatique d’une cinquantaine d’années. Nous allons prendre notre douche, puis de retour dans la chambre, notre coloc est en plein visionnage d’une video de baseball japonais. Rien d’exceptionnel, sauf qu’il n’est pas encore 7h du matin, que le son est au taquet, et que seul un mur fin nous sépare des autres chambres. Pas de problème ! Il se croit tellement tout seul qu’il nous lâche carrément un pet sans un regard désolé ni aucune gêne. Il y a sept mois cet épisode nous aurait encore choqués, mais après un long séjour en Asie du Sud Est, cela nous évoque plutôt de bons souvenirs !

Bref, nous allons prendre le petit déjeuner puis au terminal de bus pour aller à Puerto Varas. Environ 5 heures de route plus tard, nous débarquons dans une ville charmante et animée au bord d’un lac, et allons directement manger un morceau. Nous choisissons de nous faire plaisir et d’aller au Costumbrista, un petit resto très sympa. Nous y mangeons un saumon grillé avec des pommes de terres sautées et un jus de framboise, le tout fait maison. Le Chili est le second producteur mondial de saumons, derrière la Norvège, et la qualité est au rendez-vous.

Nous décidons ensuite d’aller au supermarché y acheter un peu de vin pour nos hôtes, puis à l’arrêt de bus. Nous serons bien sûr les seuls touristes du bus, le village étant tout juste sur la carte.

Nous arrivons donc dans l’une des deux seules rues du village, et faisons la connaissance de Toto  le chilien, Maayke la flamande, accompagnés d’Oliva leur chienne. Ils se sont installés ici dans la campagne chilienne depuis environ deux ans et demi.

Le contact est facile, la première impression est très bonne, et ils nous font le tour de la propriété qu’ils ont acheté abandonnée à l’époque. Ils y ont rénové une maison et l’ancien abri pour le bois pour le transformer en mini-appartement « d’ami ».

Loncotoro35

Leur immense terrain est aménagé avec un verger, une serre, et ils veulent créer un jardin potager sur une petite parcelle.

Loncotoro7

Loncotoro30.JPG

D’ailleurs, après un café pris dans leur jolie maison typique en bois, le voisin arrive avec son tracteur pour labourer la parcelle qu’ils veulent utiliser. En moins de dix minutes, une journée de travail est économisée.

Nous suivons ensuite Toto chez son ami et voisin Oscar, un artiste local qui travaille sur des matériaux de récupération métalliques. Avec un ancien vélo hors d’usage et une pelle, Toto voudrait fabriquer un outil pour sillonner la terre. Il a vu cette « invention » dans une vidéo sur des « Red Necks » (c’est lui qui le dit !) russes et aimerait utiliser le matériel d’Oscar pour arriver à ses fins. En une heure, le nouvel outil est prêt mais après un essai sur le terrain, Toto décide finalement que c’est un échec.

Loncotoro26

Cela ne nous empêchera pas de nous mettre au travail puisque le terrain est prêt. Nous commençons donc à creuser des chemins pour permettre le passage sans écraser les futurs plants. Il faudra plus de trois heures pour que les chemins soient crées, mais le résultat est satisfaisant.

Loncotoro28

Pour fêter ça, un barbecue est improvisé. Oscar nous a rejoint et nous passons la soirée à discuter avec nos hôtes et essayons de comprendre l’artiste qui parle un espagnol très rapide, sans succès. La bière et le vin accompagnent la viande et les légumes cuits au barbecue, et cette soirée très sympa se termine tard. Nous nous faisons d’ailleurs la remarque que c’est sans doute la première fois que nous nous couchons si tard depuis notre départ de Dijon. Nous regagnons donc notre cahute et nous endormons très rapidement dans le silence de la campagne chilienne.

 

21 octobre 2017

Le coucher et le lever sont tardifs, mais c’est aussi le rythme du soleil et de la vie chilienne. Nous prenons notre petit déjeuner et le soleil et le ciel bleu nous donnent envie de sortir voir ce qu’il y a à faire aujourd’hui.

Le potager étant prêt à accueillir les plants et les graines, Emie aidera Maayke à disperser le compost et planter les différents légumes, pendant qu’armé d’une tondeuse à bordures, je m’occuperai des hautes herbes que la machine de Toto ne peut pas tondre. Le terrain faisant un demi-hectare, ce n’est pas le travail qui manque !

Loncotoro23

La journée est belle, et cela fait plaisir de se rendre utile et de travailler un peu. À part la pause déjeuner et quelques instants pris pour câliner Oliva, très demandeuse, nous travaillons donc sans relâche et sommes plutôt contents de nous.

La récompense arrive le soir avec un très bon repas et nous passons encore une excellente soirée avec nos hôtes. Nous allons ensuite nous coucher, et la bonne journée de travail nous donne l’occasion de nous endormir très vite.

 

22 octobre 2017

Le temps est un peu à la grisaille, et nous sommes dimanche. Nous nous levons donc assez tard, mais quand même un peu plus tôt que Toto et Maayke, qui profitent de leur dimanche pour faire une grasse matinée. Nous prenons donc notre temps pour prendre le petit déjeuner et vaquer à nos occupations.

Puis nous rejoignons notre charmant couple et entreprenons de brûler un tas de bois et de branches inutiles, qu’ils avaient enlevé de leur terrain. Cela nous donne l’occasion de nous demander une fois encore comment les feux de forêts peuvent démarrer et prendre autant d’ampleur uniquement à cause d’une cigarette, tant il est difficile de faire prendre un tas de bois pourtant sec. Ce sera donc un échec.

Nous suivons ensuite Toto et Maayke à Puerto Varas, puisqu’ils ont un peu la flemme de se faire à manger. Nous montons dans la vieille Peugeot 404 de Toto et arrivons au restaurant où Maayke a travaillé en arrivant au Chili.

Loncotoro10

Avec une vue sur le lac, nous mangeons une très bonne salade accompagnée de Pisco Sour, l’alcool local.

Après ce déjeuner, nous allons à la rencontre des parents de Toto. Nous entrons donc dans un quartier résidentiel sécurisé, un barrio cerrado. La maison familiale est superbe, et le terrain est un véritable zoo. Une volière avec perroquets et divers oiseaux y est installée, une mare accueille des cygnes blancs et deux petits Jack Russell sont encadrés par deux vieux bergers allemands. Sans oublier les paons, quatre femelles et un mâle qui nous souhaite la bienvenue avec une roue. Le papa de Toto nous fait la visite puis donne quelques conseils au jeune couple pour leur potager.

Nous quittons ensuite les lieux pour aller au supermarché puisque nous avons en effet proposé à Maayke de faire la cuisine demain soir pour leur faire goûter deux spécialités bourguignonnes, les oeufs en meurette et le poulet Gaston-Gérard.

Enfin, nous rentrons à Loncotoro après un dimanche tranquille pour terminer la soirée assez tôt puisque la pauvre flamande est la seule à travailler et doit donc se lever tôt demain.

 

23 octobre 2017

La pluie est arrivée comme prévu, et après le petit déjeuner pris dans notre petit chez-nous, nous allons voir Toto pour savoir quel est le programme. Comme le temps ne permet pas de travailler dehors, il nous propose de faire un peu de peinture. Leur maison étant entièrement en bois, il aimerait que le salon soit peint en blanc, tout en conservant la structure d’origine pour garder le côté rustique des lieux.

Nous nous attelons donc à la tâche, Emie dégageant les angles pour que je puisse ensuite barbouiller.

Loncotoro18

Un peu de musique et un travail dans un cadre agréable nous donnent envie de nous appliquer, et le résultat est satisfaisant. Une structure étant nécessaire pour peindre le haut de la pièce, nous prévoyons de terminer le lendemain et passons le reste de la journée tranquillement à ne rien faire dans notre chambre.

Puis vient l’heure de se mettre aux fourneaux. Nous mettrons pas mal de temps à cuisiner nos petits plats, mais le jeu en valait bien la chandelle. Nous régalons nos hôtes avec les oeufs en meurette et le poulet Gaston Gérard, et nous nous régalons au moins autant, nous qui n’avions pas eu l’occasion de re-goûter à ces plats depuis notre départ.

Enfin, encore une très bonne soirée se termine et nous allons nous coucher, il reste encore du travail demain !

 

24 octobre 2017

De nouveau sur les rangs aujourd’hui, nous sommes prêts pour terminer nos travaux de peinture. Après le petit déjeuner et une petite toilette, nous allons nous atteler pour commencer à monter l’échafaudage qui va nous permettre d’atteindre les panneaux que nous devons peindre.

Une fois montée la structure, nous commençons nos travaux mais le matériel (scotch de protection) manque peu après. Malheureusement, Maayke est au travail et Toto est à Puerto Varas pour la journée. Après une bonne heure de peinture, nous sommes donc en chômage technique. Tant pis ce sera pour demain !

Le temps n’étant pas propice à la visite, nous passons donc le reste de la journée au coin du feu dans le salon, vue sur le jardin, à chercher un hébergement pour Chiloé, notre prochaine étape, ou à jouer tout en écoutant de la musique.

Nous profitons ensuite d’une envie de goûter pour aller au seul magasin du village, et après avoir attendu quelques minutes la propriétaire arrive et ouvre. Ici pas d’horaires, c’est vraiment la campagne !

Nous nous faisons donc notre petit goûter avant de retourner à nos occupations. Enfin, nous terminons la soirée par un petit film dans notre cahute, un bon petit plat de pâtes sauce au vin blanc, et nous nous couchons au son des oiseaux de nuit chiliens.

 

25 octobre 2017

Nous nous levons motivés pour notre dernier jour à Loncotoro. Un bon petit déjeuner et nous retournons à notre peinture. Cette fois, rien ne pourra nous retenir, le matériel a été acheté la veille par Toto, la structure est montée et nous sommes parés.

Nous travaillons ainsi toute la matinée en musique et avec plaisir. Nous terminons de peindre le salon au moment où Maayke rentre du travail. Nous nous mettons donc tous ensemble à table pour un bon petit repas, puis allons voir au dehors ce qu’il y a à faire. Toto, infatigable, est justement en train de construire une petite cahute pour y ranger son matériel d’extérieur, et nous l’aidons à poser les fondations.

Nous faisons ensuite un dernier petit tour au tout jeune jardin potager voir si les plants prennent. Pas de soucis à ce niveau, la terre est bonne et tout est bien planté. Nous sommes donc certains que tout va sortir tranquillement de terre.

Enfin, nous allons passer notre dernière soirée avec nos hôtes, autour d’un bon repas, d’un peu de vin, et des anecdotes croustillantes du couple. Leurs différents volontariats et les volontaires qu’ils ont accueillis ne manquent pas d’être des sujets de discussion très drôles.

Nous discutons également un peu plus sérieusement de la vie sociale au Chili, notamment de l’importance extravagante de l’armée, du système de retraites par capitalisation qui est une vaste supercherie ou encore de l’organisation du travail dans ce pays. Cela nous permet de nous rendre  (encore) compte de la chance, malgré tout, que nous avons de vivre en France.

Nous passons ainsi une nouvelle bonne soirée avec Maayke et Toto, et rentrons nous coucher assez tard.

Demain, c’est le départ pour l’île de Chiloé, et nous irons à Puerto Montt accompagnés par ce couple qui nous aura accueilli comme des amis plus que des volontaires tout au long de notre semaine à Loncotoro.

 

26 octobre 2017

Nous passons cette dernière matinée à Loncotoro tranquillement, à faire notre lessive, faire nos sacs et ranger notre petite cahute qui nous a accueilli pendant une semaine dans la campagne chilienne.

Après quelques dernières gratouilles qui ont fait la joie d’Oliva pendant tout notre séjour, il est l’heure de partir dans la vieille 404 de Toto direction Puerto Varas.

Loncotoro5

Nous y récupérons Maayke qui sort du travail et allons déjeuner tous ensemble dans un petit café. Le menu du jour, soupe de potirons, lasagnes ou quiche et une belle part de gâteau nous comblent l’estomac et les papilles.

Après ce bon déjeuner, nous prenons la direction de Puerto Montt où nous attend notre bus du jour pour Castro et l’île de Chloé. Nous faisons d’abord un détour par le Leroy Merlin chilien, Toto ayant pas mal de matériel à acheter pour le jardin et la maison. Une fois le coffre plein, nous nous dirigeons à la station de bus de Puerto Montt et c’est l’heure des adieux.

Nous avons réellement passé une super semaine avec ce couple qui nous a royalement reçu. Cela a été un plaisir de les aider dans leurs différentes tâches, surtout que si on aime le calme et la sérénité de la campagne, le cadre s’y prêtait. Enfin, les soirées passées en leur compagnie ont toujours été très agréables et nous nous sommes sentis ici comme des invités.

Après avoir laissé Maayke et Toto continuer leur route, nous reprenons la nôtre et allons ainsi chercher un billet pour le prochain bus pour Castro. Malheureusement, demain vendredi est un jour férié au Chili, et le long week-end a rempli les bus. Nous sommes donc obligés de prendre les dernières places disponibles dans le dernier bus de la journée, à 20h00.

Nous poireautons donc aux alentours de la station, à boire un café ou nous acheter de quoi manger le soir.

Enfin, l’heure d’embarquer arrive, et nous sommes surpris de voir que les places assises du bus sont bel et bien toutes prises, mais que l’allée est également occupée par des passagers qui resteront debout quatre heures durant.

Le trajet en bus et ferry passe plutôt rapidement, et nous arrivons à Castro vers minuit. Nous nous dirigeons ensuite vers notre hébergement, pas vraiment tranquilles lorsque nous traversons des zones un peu coupe-gorges. Nous arrivons quand même vivants et avec toutes nos affaires dans un hébergement où nous serons les seuls clients, l’hébergement venant d’ouvrir très récemment.

La journée ayant été longue, il ne faut donc pas longtemps pour nous endormir.

 

Bus Puerto Montt – Castro : réguliers toute la journée, dernier à 20h00, 6000 CLP /p (Queilen)


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s