CHILI – San Pedro de Atacama

SAN PEDRO DE ATACAMA

13 décembre 2017

C’est en fin de matinée que nous arrivons à San Pedro de Atacama et la première chose qui frappe, c’est le contraste entre cette ville sortie tout droit d’un Western et son côté hyper touristique. On s’attend ainsi à voir débouler Clint Eastwood, poncho et cigare aux lèvres pour nous proposer un circuit touristique ou un menu du jour…

San Pedro de Atacama62

Nous allons au camping que nous avons choisi et après avoir monté la tente, nous nous rafraîchissons sous la douche. Pas le temps de souffler puisque nous avons prévu ensuite d’aller louer des vélos afin d’explorer la Valle de la Luna.

Nous faisons juste un petit crochet par un bouiboui local pour y engloutir notre dose d’empañadas, puis prenons la route.

La chaleur est écrasante, la piste pas vraiment plate et la poussière omniprésente mais cette visite est une merveille. Les paysages y sont exceptionnels et les points d’intérêts nombreux et très différents. La mine de sel, le canyon, la grande dune ou l’amphithéâtre, tout est grandiose. On peut  quand même se demander d’où vient le nom de la vallée car le site fait plutôt penser à la planète Mars, avec ces canyons escarpés rouges.

San Pedro de Atacama37

San Pedro de Atacama6

San Pedro de Atacama15

San Pedro de Atacama23

San Pedro de Atacama25

San Pedro de Atacama26

San Pedro de Atacama30

Nous avons la vallée pour nous seuls jusqu’à l’arrivée des nombreux bus touristiques vers 16h30, mais finalement l’afflux de touristes ne gâche pas le plaisir d’être ici et nous profitons encore des lieux quelques temps. Le soleil commençant à baisser, nous décidons ensuite de rentrer à San Pedro.

Le retour nous permet d’avoir différents panoramas tout aussi incroyables et la vue tout le long du trajet sur le volcan Licancabur nous enchante.

Enfin, nous rendons les vélos et passons la soirée à la salle commune autour d’une bouteille de Torrones puis allons sous la tente, le sommeil ne tardant pas à venir.

Location de vélos : 3000 CLP /p pour 5 heures

Entrée Valle de la Luna : 3000 CLP /p l’après midi, 2500 CLP /p le matin

 

14 décembre 2017

« Quand t’es dans le désert… »

Une nouvelle journée vélo nous attend aujourd’hui, et après un bon petit déjeuner et le passage indispensable au remplissage des gourdes et bouteilles d’eau, nous allons louer nos montures et partons pour l’exploration du désert d’Atacama, considéré comme le plus aride du monde.

Cette fois la piste est plate mais toujours en plein soleil, et nous traversons ainsi des kilomètres de désert rendu blanc par le sel avant d’arriver à notre première étape, la Laguna Cejar. Malheureusement, le prix prohibitif (15 000 CLP /p) pour avoir le droit d’entrer nous fait passer notre chemin. Pas grave, nous continuons notre traversée du désert et arrivons aux Ojos del Salar, deux trous d’eau de part et d’autre de la route au milieu de nulle part.

San Pedro de Atacama43

San Pedro de Atacama46

Trois kilomètres plus loin, c’est à la Laguna Tebinquiche que nous arrivons. Ici, plusieurs miradors sont accessibles à pied et nous pouvons y observer des flamants roses tout en contemplant la lagune où le sel omniprésent donne l’impression que la neige est tombée dans le désert.

San Pedro de Atacama49

San Pedro de Atacama51

San Pedro de Atacama52

San Pedro de Atacama57

La fin de cette visite sonne le retour puisque 33 kilomètres nous séparent de San Pedro. À mi-chemin le trajet devient vite pénible, les jambes et les fesses faisant souffrir, et les derniers kilomètres nous mettent la chanson de Capdevielle dans la tête.

Nous arrivons enfin à San Pedro et après avoir rendu les vélos (avec un peu de retard), nous trouvons un petit restaurant proposant autre chose que des pâtes, des pizzas ou des burgers, nourriture reine à San Pedro puisque privilégiée des touristes.

Enfin, nous retournons au camping pour passer la soirée à prendre une douche, manger et enfin dormir du sommeil du juste.

Location de vélos : 3000 CLP /p pour 5 heures (pas une minute de plus !)

Entrée Laguna Cejar : 10 000 CLP /p le matin, 15 000 CLP /p l’après midi

Entrée Laguna Tebinquiche : 1000 CLP /p si on vient en vélo, 2000 CLP /p si on vient en voiture

 

15 décembre 2017

La fatigue de la veille étant toujours présente, nous décidons de prendre une journée de repos. Nous passons donc la journée à trier nos photos, travailler sur le blog et nous reposer en attendant une excursion astronomique que nous avons réservée ce soir.

Une nouvelle tuile nous arrive puisque nous nous apercevons que l’appareil photo a souffert de la poussière de Salta et de San Pedro. Nous essayons donc de le nettoyer, mais le matériel pour faire du bon travail n’existe pas ici. Nous espérons qu’à Uyuni nous pourrons trouver de quoi nous permettre de continuer à faire des photos mais rien n’est moins sûr.

Le repos fait du bien et la journée passe vite, d’autant qu’un concert improvisé a lieu dans la salle commune. Un guitariste commence à jouer, puis un violoncelliste et une chanteuse viennent l’accompagner. Finalement, six talentueux troubadours nous offrent un buff et égayent notre après midi.

Le soleil se couche et il est l’heure d’aller prendre un petit cours d’astronomie avec un tour organisé. En effet, un des plus grands télescopes du monde est situé dans le désert d’Atacama pour la simple et bonne raison que le ciel y est très pur et la pollution lumineuse inexistante, et l’observation du ciel est une activité réputée ici.

Nous prenons donc le bus de l’agence qui nous emmène en une demie heure à un observatoire dans le désert. Le ciel est d’une pureté incroyable, la visibilité excellente et c’est sous un dôme d’étoiles que nous passons la soirée. Nous voulions faire au départ le « cours » en français mais il n’y avait plus aucune disponibilité. C’est  donc avec un « professeur » canadien anglophone que nous passons la soirée sous un véritable planétarium à ciel ouvert. Son élocution claire (nous n’étions pas les seuls non anglophones) nous permet de comprendre la plupart de ses éclaircissements sur l’histoire de l’astronomie, les constellations, le zodiaque, les planètes, et même si ses blagues et ses jeux de mots sont plus difficiles à capter, la soirée est très instructive. Après les explications, place à l’observation. 11 télescopes sont en effet disponibles, et chacun pointe sur une étoile, une nébuleuse ou un amas d’étoiles. Nous déambulons donc sur la plateforme d’observation et profitons de ce matériel unique.

Enfin, un petit chocolat chaud et une séance de questions réponses nous sont proposés avant de repartir pour San Pedro et retrouver notre tente pour une dernière nuit au Chili.

Tour astronomique : 20 000 CLP /p avec l’agence Space. Hyper compétents et convivial, une très bonne expérience. S’y prendre un peu à l’avance pour avoir le choix de la langue.

Notre camping : La Casa del Sol Naciente, 5000 CLP /p en tente (8000 CLP /p en dortoir). Pas vraiment un emplacement de camping de rêve, mais l’ambiance et la salle commune font de cet établissement bon marché une très bonne affaire.


4 réflexions sur “CHILI – San Pedro de Atacama

  1. Bonjour à Tous les Deux ,
    Avec un peu de retard , Joyeux Noël en espérant que en dehors de votre voyage , le Père Noël vous aura gâtés….
    Merci pour votre blog , vos photos sont superbes ainsi que les récits , Super nous voyageons avec Vous …..En plus vous nous donnez des idées de séjour à travers les pays traversés .
    Bonne continuation à Vous Deux , soyez prudents .
    Marie et Jean

    Aimé par 1 personne

  2. Oh, la vallée de la lune en vélo, OK encore que ça grimpe dur à la fin non? mais les lagunes … ça fait hyper loin! Admirer de tels sites à l’écart des hordes de touristes, ça se mérite. Bravo.
    J’adore les photos avec les dunes au milieu des rochers.
    Pendant que vous observiez les astres dans le ciel d’Atacama, la 5 diffusait un reportage* sur ALMA, plus grand téléscope au monde, installé à 5200 m d’altitude au dessus de San Pedro. J’ai regardé ça avec intérêt sans penser que vous y seriez 3 jours plus tard. Le thème suivant était « les attrapes-nuages », un dispositif expérimental pour récupérer l’eau des nuages, toujours en Atacama mais vers ARICA, passionnant. C’est un désert où il se passe beaucoup de choses! (*Terres extrèmes du 12 décembre)
    Meilleurs vœux pour 2018 et bon retour en France.

    Aimé par 1 personne

    1. Effectivement la Vallée de la Lune ça grimpait bien ! Et les lagunes étaient quand même loin… Les selles des vélos ont eu raison de nos fesses !
      Le tour astronomique était vraiment intéressant, l’intervenant était calé et ses explications à la portée de tous et ludiques. Et sous un dôme d’étoiles parfait que demander de plus ? On essaiera de regarder le reportage que vous nous indiquez ça a l’air plutôt intéressant.
      Meilleurs voeux à vous aussi ! À bientôt !

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s