SAN FRANCISCO – Dernier Week End

MONTEREY – CARMEL

Vendredi 27 septembre 2019

Après notre dernier cours de la semaine, nous allons récupérer notre voiture de location pour prendre la route de Monterey.

Encore une fois, la route du vendredi après midi est bondée du début à la fin et le trajet qui ne devait durer que deux heures et demi en fera le double à l’arrivée.

Nous arrivons donc à Monterey en fin d’après midi, et la pluie commence à tomber finement. Comme si cela ne suffisait pas, le camping que nous avions visé est plein et nous devons en trouver un autre. C’est finalement au camping du circuit automobile Laguna Seca que nous passerons la nuit. Le camping est pratiquement désert et nous nous installons à l’abri du vent. Nous faisons la rencontre de Steve, un local qui doit passer 4 ou 5 nuits ici en attendant que sa maison soit traitée contre une invasion de termites. Il a 63 ans et en une année, il a divorcé, a perdu son chien et subi une invasion de termites. On sent que Steve a envie de parler et nous l’écoutons. Et surtout essayons de comprendre ce qu’il dit, son accent étant assez prononcé. Il nous invite à son emplacement pour partager bières et marijuana mais déclinons gentiment.

Nous allons ensuite nous coucher, plus pour nous protéger du froid que fatigués, mais il ne nous faut quand même pas longtemps pour nous endormir.

Samedi 28 septembre 2019

Déception

Nous nous levons aux aurores ce matin puisque nous avons rendez-vous à la Marina de Monterey pour prendre part à une excursion en bateau qui doit nous amener voir des baleines.

En levant le camp, nous recevons un appel du prestataire qui nous annonce malheureusement que l’excursion est annulée, la faute à l’océan trop agité. La déception est là et c’est la tête basse que nous déjeunons.

Nous décidons d’aller tout de même visiter un peu Monterey et nous garons près de la Marina.

L’endroit est joli et nous longeons le bord de l’océan balayé par le vent. Nous arrivons à une jetée où des otaries font leur vie, entre repos, baignade et pêche. Nous assistons même à la prise d’un poulpe par une otarie. Le pauvre céphalopode est jeté dans tous les sens avant d’être dévoré.

SF149

SF154

SF156

SF157

Nous restons un moment à observer ces animaux fascinants qui sont à seulement quelques mètres et ne s’occupent pas de nous, puis retournons à la voiture.

Cette fois, c’est en direction de Carmel by the Sea que nous nous dirigeons. Cette petite bourgade hyper conservatrice est un peu la petite ville parfaite. Belles rues très propres, maisons impeccables, boutiques et galeries d’art, nous sentons que l’accès à la propriété ici n’est pas à la portée de tous. Nous pouvons également ajouter ce très joli front de mer, où les habitants dont la moyenne d’âge atteint celui des cheveux blancs viennent se promener avec leur chien. Enfin, l’anecdote du coin est que Carmel a eu un maire plutôt célèbre, puisque Clint Eastwood a en effet dirigé les affaires de la ville pendant une paire d’années.

SF163

En tout cas cette petite ville est très agréable et c’est plutôt paisible et sympa de s’y balader.

Nous repartons ensuite direction Big Sur, une zone de parcs naturels bardée de sentiers de randonnée, en prenant la route panoramique Pacific Coast Highway. Cette partie de la route est superbe et nous nous arrêtons sur différents points de vue avant d’arriver à Big Sur.

SF165

SF166

Nous en profitons pour aller pique-niquer dans les bois et au bord d’une rivière, et après une pause reprenons la route.

Cette fois, c’est direction San Francisco que nous prenons la Pacific Coast Highway. Nous nous arrêtons voir un phare et d’autres points de vue.

SF174

La région est également agricole et nous longeons des champs d’artichauts, de choux de Bruxelles et de fraises. Nous sommes également impressionnés par le nombre de champs de citrouilles, et surtout par la taille de celle-ci. En cette période d’Halloween, la récolte a commencé et les vendeurs de citrouilles sont nombreux. Nous nous arrêtons d’ailleurs dans une ferme pour acheter un peu de maïs et des fraises pour le dîner de ce soir et reprenons la route jusqu’à SF.

SF172

Un dernier plein et nous rendons la voiture juste avant la fermeture de l’agence de location, avant de retourner à l’hôtel pour le dîner.

Enfin, nous nous couchons sans avoir oublié bien entendu de faire nos devoirs !

Dimanche 29 septembre 2019

Glide Church

Folsom Street Fair (interdit aux -18 ans)

Aujourd’hui, c’est une journée un peu spéciale qui nous attend. Depuis le début de notre séjour, on nous parle de cette date et de l’immanquable Folsom Street Fair, le festival du cuir et du SM.

Avant d’aller à ce Freak Show, nous avons choisi d’aller purifier notre âme en allant à la messe de la Glide Church dans le Tenderloin. Cette église méthodiste a la particularité d’accueillir les croyants de tous bords. Tous les exclus de la société y ont leur place et l’ambiance de la messe est exceptionnelle. Rien à voir avec les messes hyper traditionnelles et il faut bien le dire ennuyeuses de l’église catholique. Ici, une chorale et un orchestre accompagnent les fidèles dans leur culte. Les gens sont souriants, se parlent beaucoup, et nous sentons une grande fraternité entre tous ces gens. Nous y sommes vraiment accueillis chaleureusement et même si forcément la croyance et la religion tiennent une grande place dans les sermons et les chants, nous qui ne sommes pas forcément dans ce registre avons passé un très bon moment.

SF177

L’heure arrive ensuite de se diriger vers Folsom Street. Sur le chemin, nous croisons un des étudiants de l’école qui repart du festival en mode dégoût. Il nous raconte qu’il a vu des choses dépassant son entendement et a préféré repartir avant de vomir.

Cela attise encore plus notre curiosité, et en s’approchant de l’entrée de Folsom, nous croisons des hommes en cuir. Ou plutôt le peu de ce qu’ils portent est en cuir. Nous faisons la queue (ici cette expression prend alors tout son sens !) et entrons alors dans la quatrième dimension. Tout ce qu’on a pu imaginer sur cette manifestation se réalise au centuple.

SF189

Commençons par les exhibitionnistes de tout âge qui se baladent le sexe à l’air, parfois juste avec un sourire, parfois bagués pour que l’érection provoque la douleur et parfois ayant utilisé la chirurgie pour exhiber d’énormes testicules. Certains sont carrément allongés sur les trottoirs, se masturbant en regardant la foule. Glauque.

Citons ensuite les soumis. Beaucoup sont carrément avec un masque de chien en cuir, tenus en laisse par leur maître. Parfois la laisse est autour du cou, parfois attachée à une autre partie de l’anatomie. Un stand accueille même les gentilles bêtes si les maîtres veulent laisser leur soumis en crèche.

Continuons dans le SM, puisque plusieurs stands (et oui c’est la foire quand même !) proposent contre un petit billet de 5$ une séance de fouet, nu et attaché. Si les outils vous dérangent, l’artisanal (qui a dit artis-anal ?) a toute sa place puisqu’on peut également se payer une fessée.

Nous déambulons dans ce Freak Show, les yeux grand ouverts, découvrant un monde que même avec une imagination débordante nous n’aurions jamais cru exister. Entre les stands de cuir et d’accesoires en tout genres, des séances de bondage et de Twister franchement dégueu, nous arrivons au paroxysme de ce que nous pouvons supporter.

En effet, une vieille femme est allongée dans une piscine gonflable, attendant qu’un quidam veuille bien uriner dans son sexe grand ouvert. Evidemment, il ne faut pas longtemps pour que l’impensable se produise et cela sonne notre envie de retour à la civilisation.

Après une heure et demi d’aventure et d’exploration d’un monde à part, nous décidons de sortir du festival. La foule est dense et Emie sentira le long de sa cuisse le « trousseau de clés » d’un homme content de la voir, puis nous repassons devant les exhibs.

L’heure avançant, l’alcool commence à délier les langues. En effet, la dernière chose que nous verrons avant la sortie est une fellation entre homos inconnus l’un de l’autre. Un joli bouquet final.

En tout cas, nous sommes tout de même contents de partir, mais aussi finalement contents d’avoir pu assister à ce festival hors normes, que nous ne verrons certainement nulle part ailleurs. Ce festival a plus de vingt ans d’ancienneté et malgré le sujet, l’ambiance y est tout de même sympa, chacun y est libre de faire ce qu’il veut sans aucune limite et nous imaginons plutôt bien ce qui peut s’y passer en fin de festival quand la soirée commence.

Attention, ce festival est strictement réservé aux adultes, et surtout aux adultes qui sont prévenus de ce qui peut s’y passer. Le jugement et la moquerie y sont interdits mais l’amusement est de rigueur. D’ailleurs, pour les fans d’électro, la piste de danse en plein air peut être à elle seule une raison d’aller à ce festival.

Nous ressortons donc de cette ambiance avec tout de même un sentiment bizarre qui nous fait réfléchir à ce que nous avons vu ici.

Nous en profitons pour prendre un café et un muffin chez Peet, puis rentrons à l’hôtel pour terminer la soirée avec un milkshake. Sans doute notre appétit a-t-il été inconsciemment coupé ?

Pour des raisons évidentes, nous ne publierons pas de photos du festival, même si nous disposons de quelques pépites !

Nous vous laissons plutôt découvrir par vous même (ou sur Internet) ce qu’il peut s’y passer.

 

Location de voiture : 30$ par jour

Camping Laguna Seca : 30$ la nuit

Festival Folsom Street Fair : gratuit


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s